Marché immobilier 2020 Paris et Ile de France

La rétrospective d’une année pas comme les autres

05 Février 2021 par Anastasia Wolfstirn

Alors que le coronavirus secoue le monde entier, chacun tente de redéfinir son quotidien sous le joug de la crise. A l’aube de 2021, de nombreux secteurs font le bilan de cette année bouleversante et c’est au tour d’un pilier de l’économie de subir l’interrogatoire : l’immobilier. Alors, comment la valeur sûre telle qu'on la désigne s’en est sortie dans cette période aux contours incertains ? A y regarder de plus près, le constat n’est pas si évident voire franchement surprenant. 2020 aurait-elle révélé de nouvelles tendances dans le secteur ? Rétrospective sur le marché francilien et parisien.

Comme une envie de prendre l’air

Entre les enfants, le chien et le manque cruel de vitamine C, les franciliens cloîtrés dans leurs appartements ont fait grise mine durant ces mois de confinement. Alors beaucoup ont décidé d’ouvrir la porte à de nouveaux horizons en exprimant leur fort désir de “prendre le large”.

Tiens, bon la barre et tiens bon le vent, cap sur la grande couronne parisienne ! Côté chiffre, le besoin de respirer des potentiels acquéreurs à eu des répercussions concrètes. Alors que sur l’ensemble de l’hexagone la tendance fut à la baisse modérée des prix, le juteux marché parisien a continué de faire évoluer son prix au mètre carré vers le haut du panier : selon PAP, le prix des appartements de la capitale ont augmentés de 1,1 % du deuxième au troisième trimestre 2020 pour atteindre 10.790 € /m2.

Paris est donc “resté Paris” côté prix en 2020 mais la banlieue à quant à elle connu une inflation plus significative… “ On veut du plus grand et du plus vert, des secteurs comme le 77 (Seine-et-Marne), le 78 (Yvelines) et le 94 (Val-de-Marne) ont vu le prix de leur maison sensible évolué, une nouvelle dynamique s’ouvre pour ces départements”, relate Sarah Godard, fondatrice de La Fabrique à Toits. Conséquence, des acheteurs plus intransigeants : “Si les personnes habituées à la ville acceptent de changer de décors, il faut que cette évolution soit radicale. Mes confrères spécialistes de ces secteurs l’ont confirmé : un appartement sans balcon ni terrasse à Magny en Vexin (77) pose plus de difficultés à se vendre aujourd’hui” complète Sarah.

L’immobilier, un projet de vie mieux réfléchi ?

Si le temps libre à fait pousser les ailes de certains sur le plan immobilier, il a surtout fait ressortir un renouvellement de l’intérêt porté au domaine : “ Beaucoup de personnes ont consulté des sites immobiliers afin de trouver des conseils mais aussi d'établir des estimations. Pourtant, cette curiosité s’est rarement convertie en véritable achat”, affirme Sarah. Ce constat permet de soulever une interrogation pour 2021 : ces personnes vont-elles enclencher une réelle démarche immobilière cette année ? La réponse reste hypothétique mais la réflexion porte à croire que les Français placent toujours l’immobilier comme un facteur de stabilité dans leur vie à venir.

Ce constat a surtout révélé le besoin inévitable d’un expert local pour épauler au mieux ce regain de curiosité des Français vis-à-vis de l'immobilier. La relation agent / client se dessine ici d’une nouvelle manière et le rôle d’un professionnel apparaît surtout comme celui de modérateur face au “grand bazard” que peut représenter internet. Estimation réelle de la valeur de votre bien face aux critères du marché, gestions multiples de la démarche (appels téléphoniques, mail, visites), négociation ardues… Selon une étude de “MeilleursAgents” en coordination avec des chercheurs du CNRS, passer par un agent immobilier multiplierait les chances de la concrétisation de votre projet par 4!

Une fluidité de la démarche immobilière mise à rude épreuve

En 2020, la Fabrique à Toits à suivi le projet de Cédric*, un jeune homme de 25 ans en CDI, stable et désireux de se construire son propre patrimoine à travers un premier investissement locatif en région parisienne. Après un prêt accord de sa banque, le chemin semblait alors tout tracé. C’était sans compter sur le Covid ayant remis ses plans en cause. Payé avec du retard par son employeur pendant 3 mois consécutifs, cette irrégularité pourtant justifiée a valu un retrait de la banque du jeune homme sur le projet… “ Face à ces nouveaux challenges, il était impératif de rebondir immédiatement en rassurant Cédric et lui proposant de nouvelles stratégies afin de concrétiser son projet de vie. Autant vous dire que 2020 était synonyme de créativité et de persévérance!” , nous confie Sarah.

Des histoires comme celle de Cédric, il en existe des milliers. La crise a mis des bâtons dans les roues à un système immobilier qui se veut par nature long et complexe en temps normal. Visites impossibles, signatures compromises… C’est une réelle frustration du secteur qui s’est fait entendre explique Sarah : “ En tant que professionnels, nous avons surtout mal vécu le fait de ne pas pouvoir faire de visite. On a râlé auprès de la chambre nationale et du Ministre du logement car les protocoles sanitaires de notre secteur étaient largement respectés. ” Et les propriétaires ont eux aussi exprimé leur mécontentement. Exemple, en région parisienne de nombreux étudiants ont quitté leur logement pour retourner en province chez leurs parents laissant ainsi des locations vides plusieurs mois durant. Une véritable tare quand on sait que le marché parisien est en temps normal saturé par les demandes de locations.

Nouvelle brèche dans ce système immobilier mis au ralentit concernant le cas des vendeurs. Beaucoup d’entre eux ont décidé de retirer temporairement leur annonce pour éviter que celle-ci se raréfie ou stagne pouvant ainsi soulever des interrogations chez les potentiels acquéreurs. Mais cette situation devrait se dégeler au prémices de 2020 et les vendeurs pour la plupart restent confiants selon une enquête SeLoger. Si 16% d'entre eux s'estiment être prêts à retirer leur bien face à la crise, 75% demeurent positifs en affirmant que tôt ou tard leur bien se vendra. Advienne que pourra !

*Pour des raisons d'anonymat le nom a été changé.

Bureaux : J'irais où tu iras, qu’importe la place, qu’importe l’endroit !

Depuis quelques années déjà, le monde bureaucratique a vu son image sensiblement évoluer. Les contours du fameux schéma “métro, boulot, dodo” se sont atténués laissant place à des travailleurs toujours plus mobiles en quête d’espaces flexibles pour mettre à bien leur projets. Digital nomade, entrepreneur, startups… Leurs identités sont multiples à l’image de leurs besoins. Un désir de changement renforcé en 2020 par la crise.

Alors que les bailles “3-6-9” très engageants font désormais peur, le modèle du coworking ou des engagements rétrécis séduisent de plus en plus petites et grandes entreprises.

Pour résumer, l’année 2020 a présenté un véritable challenge à l’immobilier. Titillé de tous les côtés, “la valeur sûre” a voulu rester ancré face aux secousses. Après la tempête, l’immobilier en ressortira-t-il plus fort en 2021 ? Dégelés, les mandats pourront enfin reprendre “vie” et les agents auront la possibilité d’assumer pleinement la flexibilité dont ils ont fait preuve lors de cette périlleuse année. Une manière inédite d’épauler les nouveaux projets de vie qui ont germé dans l'esprit de nombreux Français alors confinés. Affaire à suivre.

Rétrospective 2020 Les conseils pratiques de La Fabrique

Investir dans l'immobilier Ancien à Paris et en Ile de France

acheter en Ile de France ?

L'immobilier ancien à Paris
L'immobilier ancien 92 Hauts de Seine
L'immobilier ancien dans les Yvelines
L'immobilier ancien dans le Val D'Oise
L'immobilier ancien au Val-de-Marne
L'immobilier ancien en Seine-Saint-Denis
L'immobilier ancien dans le 91 Essonne
L'immobilier ancien dans le 77 Seine-et-Marne

Agence Immobilière Nanterre et Paris 17

Découvrez nos Services Immobilier Clé en Main

Vendre

En Savoir +

Acheter

En Savoir +

Investissement Locatif

En Savoir +

ESTIMER

En Savoir +
Trouvons le bien Qui vous va bien !